Considérations financières pour la migration cloud


Azure, Cloud / mardi, septembre 1st, 2020

et Jorge Magana de Microsoft ont publiés un article intéréssant quant aux considérations financières d’une migration vers le cloud. Voici de quoi il retourne en résumé…

Les services informatiques et financiers doivent adopter la même approche agile pour s’adapter à des demandes qui évoluent rapidement tout en s’assurant que leur structure de coûts est suffisamment légère pour résister aux conditions difficiles du marché. Avec ce double objectif, il est essentiel de comprendre non seulement les avantages techniques d’une transition vers le cloud, mais aussi les opportunités financières et économiques qui y sont associées.

Voici trois domaines clés que les services informatiques doivent internaliser et harmoniser avec leur service financier lors de la planification de la migration vers le cloud :

  1. Quel est l’impact global sur la situation financière de l’entreprise ?
  2. Quel sera l’impact sur les indicateurs de performance clés et les processus financiers externes et internes ?
  3. Quels sont les changements opérationnels nécessaires pendant et après la migration pour garantir le respect des contrôles budgétaires et du retour sur investissement ?

En migrant vers Azure, les clients se tournent vers une structure de coûts qui est variable par conception. Ci-dessous, le graphique démontre la structure des coûts du cloud offre une certaine souplesse.

Les principaux avantages financiers d’Azure sont dictés par un changement fondamental dans le modèle d’exploitation informatique, qui tire parti des principaux états financiers de l’entreprise de la manière suivante :

  • Bilan : Avant de migrer vers Azure, la plupart des clients possédaient ou exploitaient leur centre de données. Il s’agissait de ressources onéreuses à long terme qui limitaient la trésorerie et les capitaux nécessaires pour faire croître l’entreprise, soutenir les initiatives stratégiques et répondre aux conditions du marché.
  • Relevé de trésorerie : Les clients Azure font immédiatement des économies en évitant les achats cycliques et sporadiques de ressources informatiques.
  • Compte de résultat (bénéfices et pertes) : Au fil du temps, les clients Azure peuvent améliorer leur rentabilité en réduisant le coût de prestations informatiques d’une valeur égale ou supérieure à celle de l’environnement local

Lors de la migration de l’environnement local vers Azure, plusieurs avantages financiers influencent ultérieurement les indicateurs de performance clés et les processus financiers. Les deux plus importants sont les suivants : 1) les processus de création de rapports financiers et budgétaires : les dépenses de dépenses d’investissement en dépenses opérationnelles (OPEX) ; 2) l’impact sur les mesures EBITDA (bénéfices avant intérêt, taxes et amortissement).

  1. De CAPEX en OPEX : Pendant une migration Azure, les dépenses précédemment allouées aux CAPEX sont maintenant redéployées sur les OPEX. Ce modèle est optimal du point de vue de la trésorerie et de la flexibilité du bilan, mais il oblige les directeurs financiers à décaler les budgets pour prendre en charge le nouveau modèle.
  2. EBITDA : L’EBITDA est un indicateur financier que les entreprises utilisent pour mesurer leur rentabilité. Cette mesure ne tient pas compte des coûts réels, comme les dépenses de serveur. Lorsque l’on passe au cloud, l’EBITDA est impacté car la mesure ne peut plus ignorer des coûts comme l’amortissement du serveur. Si votre entreprise utilise l’indicateur EBITDA, elle sera probablement touchée par le passage au cloud.

Une fois que le projet de migration cloud commence, voici quelques conseils et bonnes pratiques financières pour réussir :

  1. Réduction des acquisitions de ressources locales : Les équipes doivent obéir à des processus internes d’évaluation et de contrôle lors de l’achat de ressources locales.
  2. Nettoyage initial, redimensionnement et optimisation des ressources : Lors de la migration vers Azure, tenez compte des charges de travail qui ne sont plus nécessaires et qui peuvent être désactivées.
  3. Optimisation continue des coûts : Les charges de travail ne sont pas statiques.
  4. Identification des ressources et catégorisation des dépenses : Azure permet une utilisation simplifiée de l’identification des ressources et de l’allocation des coûts par rapport à l’environnement local. Cela permet d’accroître la responsabilité en matière de dépenses, tout en évaluant le retour sur investissement de la charge de travail.
  5. Modèles de facturation : Les modèles de facturation Azure comme les instances réservées et les tarifs ponctuels sont de fantastiques opportunités de réduction des coûts.

L’utilisation optimale du cloud peut libérer de la capacité excédentaire comme le démontre le graphique ci-dessous.

Alignement des dépenses cloud avec l’utilisation sous-jacente de la charge de travail

A) Capacité inactive : Azure permet aux clients d’éliminer la capacité inactive prévue pour couvrir la croissance future entre les charges de travail.

B) Charges de travail variables : Les clients Azure ne paient que les heures dont ils ont besoin lorsque la demande atteint temporairement des niveaux supérieurs à la moyenne sur des charges de travail variables.

C) Charges de travail prévisibles : Les clients Azure peuvent réduire les coûts des charges de travail prévisibles en tirant parti des instances Azure Reserved Instances et des tarifs Spot.

 

Bref, que du bon sens…

A corréler avec l’excel FinOps Maturity Assessment disponible ici.

Retrouvez l’intégralité de l’article ici.

Partagez si ça vous plait !