Quel abonnement DATA pour Direct Push ?


Smartphone / mardi, septembre 11th, 2007

Avec la sortie du Service Pack 2 pour Microsoft Exchange 2003, Microsoft passe à la vitesse supérieure afin d’être concurrentiel dans le domaine de la messagerie mobile. Cette technologie est très intéréssante malgré que Microsoft communique peut dessus (comme Terminal Serveur à l’époque….). Voici quelques éléments de réponse pour bien dimensionner le volume de données mensuel.

Le Direct Push repose sur une solution inversée, c’est à dire que le terminal (smartphone) prends l’initiative de la connexion. En effet, quasiment tous les opérateurs proposent des solutions DATA mais qui reposent sur du NAT.

Il est donc nécessaire de connaitre le volume de données nécessaires au bon fonctionnement du Direct Push, étant donné que c’est le terminal qui s’occupe de contacter le serveur de messagerie et non l’inverse.

Afin de conserver la connexion active, et de réceptionner les emails en temps réel, des requêtes régulières sont émises selon le paramètre BatchingTimer (HKLM\Exchange\OMA\) d’une valeur de 15 minutes par défaut (900.000 ms). Si la valeur est supérieure, EAS (Exchange ActiveSync) sera alors employé. (pour info, au maximum 100 modifications par requête). Le poids de chaque requête est de 370 octets.

Voici le calcul:

370 octets x 4 fois par heure x 24 heures x 30 jours = 1.06 Mo (1065600 octets)

Si vous prenez un abonnement 10 Mo, sachez que 1.06 Mo sera consommé automatiquement par la fonction Direct Push. Sachant qu’il est possible de définir des plages horaires. (Inutile de synchroniser la nuit, par exemple) ce qui permet d’économiser. De plus, des technologies de compression intégrées peuvent faire gagner jusque 50% de ce volume. Il est également possible de limiter les taille des emails.

A vous de faire votre calcul, à savoir si vous désirez consulter toutes les pièces jointes ou non…

Partagez si ça vous plait !